Les oreilles d’Eugène Caselli ont dû lui siffler samedi. Lisette Narducci, maire de secteur PRG dans les 2e et 3e arrondissements, candidate à sa succession, n’a pas ménagé le président socialiste de la communauté urbaine, son concurrent à gauche. « Comment peut-il prétendre gérer un secteur lui qui n’a pas été capable en six ans de rendre Marseille propre ? », a-t-elle lancé lors de l’inauguration de son local de campagne, rue Colbert, en présence de Jean-Noël Guérini, président du conseil général des Bouches-du-Rhône, toujours militant socialiste, qui la soutient.

 

Lourde charge de Lisette Narducci contre Eugène Caselli

Michel Dary, Jean-Noël Guérini et Lisette Narducci au lancement de la campagne du maire de secteur des 2e et 3e arrondissements

Le local n’était pas assez grand pour contenir la foule des amis, élus et militants venus soutenir Lisette Narducci au moment où elle lançait officiellement sa campagne. Alors on avait installé une tente, de l’autre côté de la rue pour abriter l’apéritif, ce qui a donné lieu à d’incessantes allées et venues d’un point à l’autre au grand dam des chauffeurs de tram. Il n’y a heureusement pas eu d’accident.

 

« Fière d’être candidate », Lisette Narducci se présente comme celle qui « comblera le fossé d’une politique municipale égoïste. » Jean-Claude Gaudin et sa représentante dans le secteur, Solange Biaggi -qui tractait place Sadi-Carnot pendant l’inauguration- a été ciblée par les premières flèches d’une candidate en forme et en verve. Mais elles ne lui valurent que quelques égratignures. Car les traits les plus durs ont été réservés à Eugène Caselli, le délégué dans le secteur de Patrick Mennucci. « Ce candidat s’est fait élire sur mon nom,en 2008, mais pendant six ans il n’a pas assisté à un seul conseil d’arrondissement, n’a pas fait une seule visite de quartier. Il nous aime tellement qu’il y a quelques semaines il voulait se présenter dans les 13e et 14earrondissements. Samia Ghali n’en a pas voulu alors il se rabat sur son quartier natal. Qui croit-il tromper ? »

 

La charge est lourde, insistante. Les élections se jouent à gauche dans ce secteur politiquement monocolore. En définitive, Lisette Narducci parlera assez peu de ses projets sauf pour dire qu’il « n’est pas question de laisser nos quartiers aller à la dérive », qui doivent pouvoir « partager les fruits du progrès ». « Nous ne sommes pas contre le tourisme qui profite au 2e arrondissement mais nous voulons qu’il génère du mieux vivre pour tous. »

 

Le mieux vivre est une expression qui reviendra souvent dans son discours, qu’elle va porter dans toutes les rues du secteur. Lisette Narducci s’est mise en jambes, samedi, pour un marathon de soixante jours, le temps qui la sépare du premier tour. Elle est secondée par Michel Dary, le président du PRG, que l’on devrait retrouver comme deuxième de liste. Surtout, elle est soutenue par Jean-Noël Guérini et ses équipes très présentes dans l’assistance.

 

« Vous avez un énorme défi », a lancé le président du conseil général en prenant brièvement la parole à l’issue d’une cérémonie qui l’avait longtemps attendu. Ancien élu du secteur il demande à Lisette Narducci « de ne pas oublier le petit peuple du 2/3 qui fait la richesse de Marseille. Ici, les loyers sont trop chers, il faut le dénoncer et le combattre. » Lisette Narducci à la tête d’une équipe rajeunie qui veut « libérer l’audace » fera de cette question de la cherté des logements l’un des thèmes majeurs de sa campagne.

Lourde charge de Lisette Narducci contre Eugène Caselli

Embrassades à l'issue du lancement de la campagne